Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1914-souvenirs-de-bingo-crepuscule-1918.overblog.com

L HARTMANNSWILLERKOPF OU VIEIL - ARMAND

3 Août 2014 , Rédigé par BERNIE 54 Publié dans #champ de bataille, #combats, #cimetière, #tranchées, #tombes, #Le Souvenir Francais, #le vieil armand

Lors de notre exposition a SAINT AMARIN , nous sommes allés avec Mélanie et Manu visiter cette nécropole et je pense que c est le jour pour vous montrer quelques photos

Le Hartmannswillerkopf rebaptisé Vieil-Armand après la Première Guerre mondiale (nommé l'Hartmann, la « mangeuse d'hommes » ou la « montagne de la Mort » par les Poilus), est un éperon rocheux pyramidal, dans le massif des Vosges, surplombant de ses 956 mètres la plaine d’Alsace du Haut-Rhin.

Un monument national y est érigé en souvenir des combats qui s'y déroulèrent durant le premier conflit mondial, en 1915 surtout. En effet, situé en droite ligne à 7 km de Thann et 6 km de Cernay, entre lesquelles passait la ligne séparant la partie de l'Alsace redevenue française dès 1914 et celle reprise par les troupes allemandes, le Vieil Armand était une forteresse stratégique alors âprement disputée. Le sommet est partagé entre les communes de Hartmannswiller, de Wuenheim, de Wattwiller et de Soultz.

L HARTMANNSWILLERKOPF OU  VIEIL - ARMAND
L HARTMANNSWILLERKOPF OU  VIEIL - ARMAND
L HARTMANNSWILLERKOPF OU  VIEIL - ARMAND
L HARTMANNSWILLERKOPF OU  VIEIL - ARMAND
L HARTMANNSWILLERKOPF OU  VIEIL - ARMAND
L HARTMANNSWILLERKOPF OU  VIEIL - ARMAND
L HARTMANNSWILLERKOPF OU  VIEIL - ARMAND
L HARTMANNSWILLERKOPF OU  VIEIL - ARMAND

Un des quatres monuments nationaux de la Première Guerre Mondiale, et un des mieux conservés de nos jours relate une des batailles les plus meurtrières qui eurent lieu en France.

Le Vieil Armand, l'un des points stratégiques de la Route des Crêtes, est un haut lieu de mémoire pour les soldats français et allemands tombés au cours du conflit.

La plus grande bataille d'Alsace en 1914-1918

Pendant les quatre années qu'ont duré la Première Guerre Mondiale, des hommes des deux camps, Allemands et Français, se sont battus sur cette partie du Sud des Vosges pour la domination de la trouée de Belfort et la sauvegarde de l'Alsace.

Les Français entrent en Alsace dès août 1914, mais le promontoire n'intéresse pour l'instant aucun des deux adversaires.

Ce n'est qu'aux alentours de Noël 1915 que les deux camps commencent à s'établir avec quelques hommes sur le site du Silberloch.

La première victime du Vieil Armand tombe le 30 décembre 1914. Les combats les plus violents eurent néanmoins lieu au cours de l'année 1915.

Les bombardements débutent en janvier 1915, et la première vraie bataille a lieu lors des 19, 20 et 21 janvier, qui se solde par la défaite des Français et la captivité de 130 hommes. La bataille aura fait plus de 1000 morts dans les deux camps.

Fin mars, les troupes du 152e régiment, dits les Diables Rouges, reprennent d'assaut la colline occupée par les Allemands.

Après plusieurs jours de bataille, du 23 au 26 mars 1915, les Français reprennent possession d'une grande partie du site; les Allemands compte 1000 soldats tués et 1600 faits prisonniers.

Les 25 et 26 avril, les deux camps se réaffrontent à nouveau dans la neige. Les pièces d'artillerie ravagent la colline et font à nouveau des morts et des prisonniers des deux côtés.

Jusqu'à fin décembre 1915, les positions ne bougent que peu. C'est le 21 décembre que reprennent les combats. Jusqu'à la fin de l'année, les batailles sont violentes et meurtrières : les lignes se déplacent constamment, les camps regagnent leurs pertes de la veille, et des milliers d'hommes sont tués, blessés ou faits prisonniers.

Jusqu'à la fin de la guerre, les deux camps s'enterreront sur leurs positions, et les batailles se résument à quelques tir d'artillerie ou de mortier.

Les Allemands y expérimentent les obus au gaz, comme ils avaient mené les premières attaques au lance flamme lors des assauts.

Les Américains prennent la relève le 15 octobre, et toutes les troupes quittent le champ du Hartmannswillerkopf le 15 novembre 1918, nommé à juste titre "la Mangeuse d'Hommes".

On estime qu'environ 25000 soldats et officiers y laissèrent la vie, pour un résultat qui fut insignifiant pour les deux camps.

Un monument national superbement conservé

Aujourd'hui, ce sont de nombreux bâtiments, tranchées et installation de guerre qui sont toujours en place et visitables par tous, le long de plusieurs sentiers qui forment un parcours de plus de 45 km.

De solides chaussures et une bonne santé sont conseillés pour parcourir ces nombreux chemins permettant de visiter l'ancien terrain de combats, qui permettra à tous de comprendre la difficulté d'évolution sur le site lors des batailles.

Abris, tranchées, plaques commémoratives et monuments se dressent à chaque croisement, et plongent le marcheur dans l'atmosphère pesante du lieu.

Le sommet du Vieil Armand est classé monument historique en 1921, le Mémorial du souvenir est construit entre 1924 et 1929 avec la participation de nombreuses grandes villes comme Paris, Lyon, Marseille ou Strasbourg, en plus des villes de l'Est de la France.

Il est inauguré en 1932 par le Pdt Lebrun, et comprend le grand cimetière national, la crypte et l'exposition d'objets provenant du champ de bataille.

C'est aujourd'hui un important Mémorial de France. Un lieux très interessant à visiter, pour la sauvegarde de la mémoire et l'histoire de la région, tout en s'oxygénant de manière ludique.

Mes sources sont :   

-   http://www.jds.fr/wattwiller/patrimoine-historique-alsace/vieil-armand-hartmannswillerkopf-wattwiller-2651_L

-   WIKIPEDIA

Photos personnelles
Photos personnelles
Photos personnelles
Photos personnelles
Photos personnelles
Photos personnelles
Photos personnelles
Photos personnelles
Photos personnelles
Photos personnelles
Photos personnelles
Photos personnelles
Photos personnelles

Photos personnelles

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article