Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1914-souvenirs-de-bingo-crepuscule-1918.overblog.com

champ de bataille

Riv54 | Bois de Caures

8 Novembre 2020 , Rédigé par BERNIE 54 Publié dans #1914-1918, #BOYAUX, #FORTS, #Meuse, #Photographies, #Poilus, #TRANCHEES, #Verdun, #WW1, #allemands, #arme, #bleu horizon, #champ de bataille, #devoir de mémoire, #francais, #fusil, #guerre

Le bois des Caures se trouve sur la commune de Flabas dans le département de la Meuse, au nord de Verdun. En février 1916, le bois est traversé par la ligne de front
Lire la suite
Lire la suite
Lire la suite
Lire la suite

COQUELICOTS

19 Juin 2020 , Rédigé par BERNIE 54 Publié dans #1914-1918, #Le Souvenir Francais, #Photographies, #WW1, #anglais, #bleu horizon, #champ de bataille, #ciel, #combats, #croquis, #dessin, #devoir de mémoire, #guerre, #livre ww1

COQUELICOTS

LtCol McCrae-01Lors de la 1ere guerre mondiale, c’est le lieutenant colonel John McCrae, un médecin militaire canadien, qui établit lui aussi ce rapport entre le coquelicot et les champs de batailles. Alors qu’au printemps 1915,  son jeune ami Alexis Helmer avait été tué par un obus allemand à Ypres, et enseveli dans une tombe sommaire, marquée d’une simple croix de bois, John McCrae avait été frappé par le fait que des coquelicots poussaient spontanément entre les rangées de sépultures. Ce phénomène lui inspira son célèbre poème « In Flanders Fields » (« Au Champ d’Honneur »). Ecrit au début du mois de mai 1915, ce poème fut publié dans le London Punch le 8 décembre 1915.

In Flanders fields the poppies blow Between the crosses,row on row, That mark our place; and in the sky The larks, still bravely singing, fly Scarce heard amid the guns below. We are the Dead. Short days ago We lived, felt dawn, saw sunset glow, Loved, and were loved, and now we lie In Flanders fields. Take up our quarrel with the foe: To you from failing hands we throw The torch; be yours to hold it high. If ye break faith with us who die We shall not sleep, though poppies grow In Flanders fields.
COQUELICOTS
Trois ans plus tard, et quelques jours seulement avant l’Armistice, l’Américaine Moina Michael, qui travaillait dans une cantine de la « YMCA » à New York fut très émue lorsqu’elle prit connaissance du poème. Elle composa à son tour un poème en réponse à celui de McCrae. Intitulé « We shall keep the faith », il exprime la promesse faite à ceux qui sont morts durant la guerre de se souvenir d’eux en portant le coquelicot. Moina se mit elle-même à porter un coquelicot en mémoire des millions de soldats qui avaient donné leur vie sur les champs de bataille. En 1920 cette coutume vint à la connaissance d’une française, Madame Guérin, en visite aux Etats-Unis.À son retour en France, elle décida de se servir de coquelicots réalisés à la main pour recueillir des fonds pour les enfants sans ressources des régions dévastées du pays. En 1921, c’est le maréchal Douglas Haig, alors au commandement des armées britanniques en France et en Belgique qui, ayant découvert l’initiative d’Anne Guérin, incita l’organisation du British Poppy Day Appeal destiné à récolter des fonds pour les anciens combattants démunis et invalides. Cette année-là aussi, Anne Guérin voyagea au Canada et parvint à convaincre l’Association des anciens combattants de la Grande Guerre d’adopter le poppy comme symbole du souvenir. Les premiers coquelicots du Canada ont été distribués en novembre 1921. Depuis, dans tous les pays du Commonwealth, le « Poppy » (coquelicot) symbolise le Sacrifice et le Souvenir de la Première Guerre mondiale et l’Armistice du 11 Novembre est appelé le « Poppy Day » (jour du Coquelicot).
En savoir plus : http://www.1914-1918.be/histoire_mc_crae.php
Lire la suite

Poéme dans les tranchées - Guillaume Apolinaire - 1915

19 Juin 2020 , Rédigé par BERNIE 54 Publié dans #1914-1918, #BOYAUX, #Meuse, #Photographies, #Somme, #TRANCHEES, #WW1, #arme, #bleu horizon, #canons, #champ de bataille, #dessin, #croquis, #francais

Poéme dans les tranchées - Guillaume Apolinaire - 1915
Poéme dans les tranchées - Guillaume Apolinaire - 1915
Poéme dans les tranchées - Guillaume Apolinaire - 1915
Ma Lou je coucherai
Guillaume Apollinaire

Ma Lou, je coucherai ce soir dans les tranchées
Qui près de nos canons ont été piochées.
C’est à douze kilomètres d’ici que sont
Ces trous où dans mon manteau couleur d’horizon
Je descendrai tandis qu’éclatent les marmites
Pour y vivre parmi nos soldats troglodytes.
Le train s’arrêtait à Mourmelon le Petit.
Je suis arrivé gai comme j’étais parti.
Nous irons tout à l’heure à notre batterie.
En ce moment je suis parmi l’infanterie.
Il siffle des obus dans le ciel gris du nord
Personne cependant n’envisage la mort.

Et nous vivrons ainsi sur les premières lignes
J’y chanterai tes bras comme les cols des cygnes
J’y chanterai tes seins d’une déesse dignes
Le lilas va fleurir. Je chanterai tes yeux
Où danse tout un chœur d’angelots gracieux.
Le lilas va fleurir, ô printemps sérieux !
Mon cœur flambe pour toi comme une cathédrale
Et de l’immense amour sonne la générale.
Pauvre cœur, pauvre amour ! Daigne écouter le râle
Qui monte de ma vie à ta grande beauté.
Je t’envoie un obus plein de fidélité
Et que t’atteigne, ô Lou, mon baiser éclaté

Mes souvenirs se sont ces plaines éternelles
Que virgules, ô Lou, les sinistres corbeaux
L’avion de l’amour a refermé ses ailes
Et partout à la ronde on trouve des tombeaux.

Et ne me crois pas triste et ni surtout morose
Malgré toi, malgré tout je vois la vie en rose
Je sais comment reprendre un jour mon petit Lou,
Fidèle comme un dogue, avec des dents de Loup;
Je suis ainsi, mon Lou mais plus tenace encore
Que n’est un aigle alpin sur le corps qu’il dévore.

Quatre jours de voyage et je suis fatigué
Mais que je suis content d’être parti de Nîmes !
Aussi, mon Lou chéri, je suis gai, je suis gai
Et je ris de bonheur en t’écrivant ces rimes.

Cette boue est atroce aux chemins détrempés.
Les yeux des fantassins ont des lueurs navrantes.
Nous n’irons plus aux bois, les lauriers sont coupés,
Les amants vont mourir et mentent les amantes.

J’entends le vent gémir dans les sombres sapins
Puis je m’enterrerai dans la mélancolie
Ô ma Lou, tes grands yeux étaient mes seuls copains.
N’ai-je pas tout perdu, puisque mon Lou m’oublie ?

Dix-neuf cent quinze, année où tant d’hommes sont morts
Va-t’en, va-t’en aux Enfers des Furies
Jouons, jouons aux dés; les dés marquent les sorts
J’entends jouer aux dés les deux artilleries

Adieu, petite amie, ô Lou mon seul amour
Ô mon esclave enfuie,
Notre amour qui connut le soleil, pas la pluie
Fut un instant trop court.
La mer nous regardait de son œil tendre et glauque
Et les orangers d’or
Fructifiaient pour nous. Ils fleurissent encor.
Et j’entends la voix rauque
Des canons allemands crier sur Mourmelon
— Appel de la tranchée. —
Ô Lou, ma rose atroce, es-tu toujours fâchée
Avec des yeux de plomb ?

Ô Lou, Démone-Enfant aux baisers de folie
Je te prends pour toujours dans mes bras, ma jolie.

Deux maréchaux des logis jouent aux échecs en riant.
Une diablesse exquise aux cheveux sanglants se signe à l’eau bénite.
Quelqu’un lime une bague avec l’aluminium qui se trouve dans la fusée
des obus autrichiens.
Un képi de fantassin met du soleil sur cette tombe.
Tu portes au cou ma chaîne et j’ai au bras la tienne
Ici, on sable le champagne au mess des sous-officiers.
Les Allemands sont là derrière les collines
Les blessés crient comme Ariane
O noms plaintifs des joies énormes
Rome, Nice, Paris, Cagnes Grasse Vence, Sospel Menton, Monaco, Nîmes
Un train couvert de neige apporte à Tomsk, en Sibérie, des nouvelles de la Champagne
Adieu, mon petit, Lou, adieu
Adieu, Le ciel a des cheveux gris

Mourmelon-le Grand, le 6 avril 1915

Guillaume Apollinaire, Poèmes à Lou

Lire la suite

VESTIGES .....

17 Juin 2020 , Rédigé par BERNIE 54 Publié dans #1914-1918, #BOYAUX, #Le Souvenir Francais, #Meuse, #Photographies, #Poilus, #Somme, #TRANCHEES, #Verdun, #WW1, #allemands, #americains, #anglais, #arme, #champ de bataille

Sans regarder, on y sauta (dans la tranchée). En touchant du pied ce fond mou, un dégoût surhumain me rejeta en arrière, épouvanté. C'était un entassement infâme, une exhumation monstrueuse de Bavarois cireux sur d'autres déjà noirs, dont les bouches tordues exhalaient une haleine pourrie, tout un amas de chairs déchiquetées, avec des cadavres qu'on eût dit dévissés, les pieds et les genoux complètement retournés, et, pour les veiller tous, un seul mort resté debout, adossé à la paroi, étayé par un monstre sans tête. (...) On hésitait encore à fouler ce dallage qui s'enfonçait, puis, poussés par les autres, on avança sans regarder, pataugeant dans la Mort... Roland Dorgelès, Les Croix de bois, Paris, Albin Michel, 1925.
VESTIGES .....
VESTIGES .....
VESTIGES .....
VESTIGES .....
VESTIGES .....
VESTIGES .....
Lire la suite

Champ de bataille

17 Juin 2020 , Rédigé par BERNIE 54 Publié dans #1914-1918, #BOYAUX, #Photographies, #Poilus, #Somme, #TRANCHEES, #Verdun, #WW1, #allemands, #americains, #anglais, #arme, #canons, #champ de bataille, #combats, #francais, #morts

Skulls and bones piled in a field during World War I. Photo from a collection by John McGrew, a member of the Photographic Section of the U,S, Army Fifth Corps Air Service, part of the American Expeditionary Forces. 

Des crânes et des os entassés dans un champ pendant la Première Guerre mondiale. Photo provenant d'une collection de John McGrew, membre de la section photographique des U, S, Army Air Fifth Corps Air Service, qui fait partie des forces expéditionnaires américaines.

Vu sur : https://www.theatlantic.com/photo/

Champ de bataille
Lire la suite

Bataille de Guillemont

17 Juin 2020 , Rédigé par BERNIE 54 Publié dans #1914-1918, #BOYAUX, #Photographies, #Somme, #WW1, #anglais, #arme, #champ de bataille, #devoir de mémoire, #fusil, #guerre, #ww1

Royal Army Medical Corps men search the packs of the British dead for letters and effects to be sent to relatives after the Battle of Guillemont, Somme, France, in September of 1916.

Des hommes du Royal Army Medical Corps fouillent les paquets des morts britanniques pour trouver des lettres et des effets à envoyer à leurs proches après la bataille de Guillemont, Somme, France, en septembre 1916.

Vu sur : https://www.theatlantic.com/photo/

Bataille de Guillemont
Lire la suite

La Somme

17 Juin 2020 , Rédigé par BERNIE 54 Publié dans #BOYAUX, #Photographies, #Somme, #TRANCHEES, #WW1, #allemands, #anglais, #arme, #canons, #champ de bataille

German dead on the Somme battlefield. 

Allemands morts sur le champ de bataille de la Somme.

Vu sur :  https://www.theatlantic.com/

La Somme
Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>